Voilà 7 ans que l’équipe de Jean Louis Scoffié a été élue à la tête de la mairie de La Trinité. Nous pouvons aujourd’hui constater que la cheminée de la « peur » et de la « honte » est toujours là, posée, continuant à fonctionner.

Chemin_eNB.jpg

Rappel des faits

Pendant la campagne électorale des élections municipales en 2001, Jean Louis SCOFFIE et ses amis dits « écologistes indépendants» (comprenez « solubles dans la droite ») avaient alors mené bataille contre un projet de modernisation et de mise en normes de l’usine Gerland ainsi que l’aménagement paysager de l’entrée de la commune jusqu’à Bon Voyage. Il promettait avec ses sbires la disparition de l’installation et le départ prochain de l’Usine Gerland du territoire communal s’ils étaient élus. Une proposition irresponsable notamment pour l’emploi et le développement économique de la commune. Aujourd’hui, chacun peut juger sur pièce. La cheminée est toujours là. Bien pire, elle n’a pas été modernisée et continue à polluer autant, sinon plus, qu’il y a 6 ans.

 

Jean Louis Scoffié n’y a rien changé car il vous a menti.

 

Qu’en est-il des promesses faites en 2001 ? Pourquoi avoir menti et lancé de fausses rumeurs dans tout le quartier ? On le sait désormais: par pur électoralisme !

 

Le projet de l’époque ne prévoyait pas seulement l'installation de filtres à fumées sur la cheminée. Il programmait aussi une modernisation des abords de l’entreprise Gerland par la destruction des longs bâtiments grisâtres bordant la D2204 et un aménagement paysager agréable de l’entrée de la ville.

 

Jean-Louis Scoffié et Emmanuelle Fernandez-Baravex n’ont rien fait. L’entrée de ville par « Riba Roussa » ressemble toujours à un vrai « no man’s land » pour reprendre les mots de l’actuelle adjointe à l’environnement*.

 

LA MUNICIPALITE N’A RIEN FAIT POUR AMELIORER LE CADRE DE VIE DANS CE QUARTIER.

 

SCOFFIE A ENDORMI TOUT LE MONDE EN 2001. NE LE LAISSONS PAS RECOMMENCER UNE NOUVELLE FOIS !

  • dans une lettre ouverte au maire de La Trinité, datant du 19 septembre 2000, Emmanuelle Fernandez dénonçait vigoureusement le projet Gerland. Elle affirmait aussi que « le seul paysage du quartier Riba Roussa était dominé par les panneaux publicitaires et les herbes folles ». Elle n’avait pas tort ! Mais après sept ans de Scoffié, le quartier est toujours le même, rien n’a changé.