Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur l'agenda

logo-Ensemble-jan2014.png

Recherche

Mobilisation

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 18:18
L'état est responsable de la situation au Canal St-Martin, dit Augustin Legrand
LEMONDE.FR avec AFP | 18.02.07


La situation s'envenime au Canal Saint-Martin", titre dimanche 18 février Le Parisien. Le camp de SDF du 10e arrondissement de Paris, devenu exemplaire par le soutien de tous les bords politiques, compte toujours 120 tentes. Et la "drogue", dont l'alcool, ainsi que "l'épuisement" et le manque de solutions de relogements, tendent les relations avec le voisinage, écrit le quotidien. L'Etat est reponsable de la situation, a clairement affirmé Augustin Legrand, le comédien et fondateur de l'association des Enfants de Don Quichotte, de retour sur le camp samedi après cinq semaines de tournage en Afrique du sud. L'association a mis officiellement fin à son action sur le canal le 8 janvier.

"Je ne suis pas l'Abbé Pierre. L'Etat ne doit pas se défausser sur la famille Legrand", dit-il au Parisien. Questionné sur la radicalisation du campement des sans-abris le frère Legrand affirme que "cela est totalement assumé, c'est même volontaire". "Ma mission, en lançant l'opération il y a deux mois, c'était d'aider les sans-abri à témoigner, à sensibiliser l'opinion publique. Moi, j'ai juste dénoncé un état de fait", affirme-t-il.



"ON N'EST PAS ENCORE EN SORTIE DE CRISE"

Pour apaiser les tensions, selon lui, l'Etat "doit immédiatement mandater sur le terrain des travailleurs sociaux. Je l'ai dit à Borloo : 'Pourquoi tu n'envoies pas 5 ou 6 mecs pour encadrer le campement ?'. Sans cette présence, c'est normal si ça part à vau-l'eau."

"On n'est pas encore en sortie de crise", reconnaît la ministre déléguée à la cohésion sociale, Catherine Vautrin, dans Le Parisien. Depuis le 8 janvier, quand le gouvernement s'est engagé à trouver une solution à chacun des campeurs, 200 personnes sont parties du campement, 85 % d'entre eux ont " bénéficié d'une solution adaptée ", selon la ministre. La cellule de crise aurait attribué 48 appartements HLM, 40 logements dans des maisons-relais ou des résidences sociales, 76 hébergements de longue durée et une cinquantaine de places en hôtel avant d'entrevoir une issue pérenne.

La situation n'est toujours pas réglée, malgré le consensus affiché par les candidats et la création d'une loi sur le droit au logement opposable. Elle ne trouvera pas d'issue avec une action de police pour dégager les sans-abris, estime Augustin Legrand : "Une opération de ce genre sur le camp ferait perdre les présidentielles au gouvernement."

Partager cet article

Repost 0
Published by Rouges et Verts - dans Alternatifs du Paillon
commenter cet article

commentaires