Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur l'agenda

logo-Ensemble-jan2014.png

Recherche

Mobilisation

20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 00:27
Intervention de Jacques Perreux,
directeur de campagne de José BOVE


 

« En quelques jours la candidature collective proposant sur son bulletin de vote le nom de José Bové a fait événement et crée un début de dynamique. Celle-ci est perceptible par de multiples signes : le succès du meeting d’Aubagne préparé en seulement quelques jours avec 2500 personnes se retrouvant, quand nous en attendions 1 200 à 1500 ; des dizaines et des dizaines de signatures de maires qui nous sont parvenues immédiatement ; des centaines de chèques ; le bon accueil dans les quartiers, sur les marchés et dans les gares. Et puis, les échos de ces milliers de discussions qui s’engagent entre amis, au travail, dans la famille…

Qu’est ce qui explique cet intérêt, ce début de dynamique, en tout début de campagne ?
D’abord la ténacité de l’espoir de l’unité. De l’unité de cette multitude de courants et de combats dont nous savons qu’elle est capable de soulever des montagnes en démultipliant les forces de chacun.
Cette demande d’unité est là. Certes, amoindrie et blessée par ce qui s’est passé en décembre mais prête à nouveau à se transformer en force. Personne ne doit et ne peut oublier ce que l’on appelle la crise de la politique. Elle aussi est toujours là et à l’œuvre.
Ce sont ces millions de citoyens qui désespèrent de la politique parfois jusqu’à se tromper de colère, ou qui ne trouvent pas de réponse politique à leurs aspirations. Ou encore qui considèrent qu’il n’y a plus que la protestation, la rue, la grève ou la révolte pour se faire entendre. Beaucoup pensent que la politique les a durablement oublié et ne se rappelle d’eux qu’au moment des élections.
Cette candidature de José Bové exprime la volonté et la possibilité de permettre l’irruption citoyenne de ces millions-là.
Elle vise à provoquer cette insurrection électorale de tous ceux qui ne comptent pas ou pas suffisamment et qui pourtant sont ceux qui souffrent le plus de ce système inégalitaire et qui ont donc le plus besoin que la politique s’attaque à la racine du libéralisme.
Insurrection électorale de ceux qui souffrent, de toutes les humiliations et discriminations mais aussi des mêmes qui par millions chaque jour en bas dans les quartiers, les entreprises, les villages, dans les services publics, les écoles, les hôpitaux, la poste, dans les activités culturelles, dans ces milliers d’associations souvent multiculturelles. Mais je pense aussi à ces milliers d’élus locaux, oui tous ceux là qui se dépensent par des actes concrets pour refuser le repli sur soi et pour aller vers les autres. L’insurrection électorale donc de tous ceux sans qui la société serait devenue une jungle, pour barrer la route à cet homme anti social et dangereux qu’est Sarkozy et pour modifier la donne à gauche au point qu’elle rompe avec le libéralisme.
Le point fort de cette candidature incarnée par José Bové et ses combats courageux consiste à ne jamais tourner le dos à ses idées. Le point fort c’est d’être un candidat trait d’union. Un trait d’union entre tous les combats politiques, citoyens, associatifs, syndicaux contre le libéralisme. Cette candidature exprime déjà que quelque chose d’exceptionnel est en train de se passer. Un autre monde est déjà en marche quand des altermondialistes, des communistes, des écologistes, des militants, des alternatifs ou de la LCR, de Convergence citoyenne, des personnalités engagées dans les associations, les syndicats, les réseaux de quartiers, des citoyens qui se définissent comme électrons libres et qui ont lancé cette pétition, se rassemblent en faisant prévaloir que le plus important n’est pas son organisation ou son réseau mais l’intérêt général, l’intérêt de se rassembler, de se mélanger. L’intérêt général de mettre en commun toutes ces compétences et ces savoirs faire et de construire ensemble une nouvelle façon de faire de la politique. Voici ce que nous appelons l’alternative à gauche et qui peut prendre la force de millions le 22 avril.
José Bové trait d’union est l’expression de la nécessité du croisement, de la rencontre et du métissage de tous ces combats pour devenir une dynamique. Nous avons 20 portes parole, 10 femmes et 10 hommes, qui expriment l’étendue de toute cette diversité et de cette volonté de partage. Qu’il s’agisse :

  • de militants associatifs et syndicalistes comme France Coumian, François Dufour, Lisette M’Baireh, Yves Salesse.
  • ou de réseaux de banlieues comme Adjera Lakhal, Nordine Iznasni, Eros Sana, Omeyya Seddik
  • de réseaux féministes comme Monique Dental,
  • d’animateurs de collectifs unitaires comme Sylvie Pillet d’Aubagne, Isabelle Barthélémy de Montpellier, Martine Bultot de Besançon
  • de citoyens s’appelant eux-mêmes électrons libres à l’initiative de cette pétition Unis avec Bové comme Nathalie Harran et Yannis Youlountas
  • de militants, d’élus et dirigeants politiques comme Francine Bavay, Fernanda Marrucchelli, Claire Villiers, Patrick Braouezec, Jean-Jacques Boislaroussie, Rémy Jean.

Ils porteront notre parole collective dans différents meetings et initiatives ainsi que d’autres comme Raoul Marc Jennar que vous connaissez bien ainsi que des personnalités locales. Des dizaines de rassemblements forums se préparent, des centaines de réunions publiques aussi. Les prochains meetings auront lieu à Saint Denis, Rouen, Toulouse, Saint Nazaire… Une campagne débridée, inventive, festive est en train d’être réfléchie en des centaines d’endroits. Nous en sommes au point d’hier soir à 232 promesses de signatures d’élus. En quelques jours c’est évidemment important. Les réseaux se mettent en place avec l’aide de beaucoup de bonnes volontés. Mais nous nous devons d’alerter l’opinion publique et les élus car le temps est compté.
Quand il y a une telle attente d’unité et qu’il existe une candidature collective qui peut lui donner corps en faisant naître quelque chose de nouveau dans l’espace collectif alors il serait incompréhensible et dangereux pour la démocratie qu’elle ne puisse pas être présente par un manque de signatures. Tout le monde pense que la politique doit être régénérée. Il faut donc donner sa chance à cette candidature qui peut y contribuer. La gauche pour gagner, pour battre Sarkozy et Le Pen, a absolument besoin de toutes les mobilisations de gauche. Il ne peut en manquer aucune au rendez vous. Nous appelons tous les maires qui détiennent ce pouvoir de signature de par la volonté du peuple et du suffrage universel à permettre cette candidature indispensable. »


Source:http://josebove2007.org
Publié le lundi 19 février 2007

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rouges et Verts - dans Alternatifs du Paillon
commenter cet article

commentaires