Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur l'agenda

logo-Ensemble-jan2014.png

Recherche

Mobilisation

9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 21:29
L'edito

Oserai-je l'avouer face au tollé provoqué par l'« affaire » de la candidate au foulard musulman du NPA ? Lorsque j'ai entendu cette information, j'ai trouvé que c'était plutôt une bonne nouvelle. Je l'ai dit lors un débat sur BFM-TV ce jour-là, pour m'entendre traiter de suppôt de l'« islamo-gauchisme » par l'éditorialiste conservateur du Figaro Ivan Rioufol.

Je ne me reconnais pas dans l'« islamo-gauchisme », le NPA n'est pas vraiment ma tasse de thé, et ce n'est pas le calcul politique du parti d'Olivier Besancenot qui m'intéresse ici. Mais j'essaye de po-si-ti-ver, et je trouve que cette candidature est plutôt une bonne nouvelle pour la société française.

Je m'explique : si Ilham Moussaïd s'était présentée non pas sur la liste du NPA mais sur une hypothétique liste d'inspiration islamiste, tout le monde aurait trouvé ça cohérent, et l'aurait condamnée avec autant de virulence comme le signe de l'« islamisation » rampante de la société française.

Le fait qu'elle ait choisi de s'engager dans la vie politique nationale dans un parti paradoxalement très classique malgré son caractère « anticapitaliste », est à mon sens un choix d'intégration -le mot est lâché- qui devrait réjouir tous ceux qui se lamentent sur le fait que la machine intégrationniste française ne fonctionne plus aussi bien qu'avant.

Intégration ou assimilation ?

A moins qu'en disant « intégration », on pense « assimilation », les deux notions ayant longtemps été confondues dans le discours national sur l'immigration. Or, depuis longtemps déjà, sans avoir été réellement « acté » officiellement, les deux notions ont divergé : on peut être parfaitement intégré dans la société française sans pour autant s'assimiler, c'est-à-dire perdre son identité d'origine.

Ça ne s'applique pas qu'aux musulmans : de nombreux Juifs, Arméniens, et bien d'autres vivent aujourd'hui leur intégration dans leur différence sans que la cohésion nationale n'en soit menacée.

Et les Français ne vivent pas ça si mal que les gros titres (ou Eric Besson) le laisseraient croire. Selon une étude rendue publique cette semaine par Equity Lab et TNS Sofres, 77% des Français considèrent positivement la « grande diversité des origines et des cultures » dans la société française, un score qui se retrouve dans toutes les classes d'age et les catégories sociales. Sans surprise, il n'y a que chez les électeurs du Front national que cette opinion devient majoritairement négative.

22% des Français porteurs de plusieurs cultures

Cette étude rappelle que plus du quart des Français ont un grand parent ou un parent étranger, et 22% des Français se disent porteurs de plusieurs cultures, un phénomène trop important pour être marginalisé ou repoussé sous le tapis.

Autre donnée intéressante : une majorité claire (62%) considère que l'intégration est avant tout perçue comme « la possibilité pour un individu de vivre ses différences culturelles, tant que cela ne heurte pas ses concitoyens », contre un quart des Français interrogés, qui considèrent que les personnes d'origine étrangère doivent renoncer à leur culture d'origine pour s'intégrer.

Le foulard, à ne pas confondre avec la burqa qui est un tout autre débat, fait-il partie de ces signes qui « heurtent » les concitoyens de ces Françaises de culture musulmane ? Le sujet divise assurément : dans ce sondage, 54% des Français accepteraient une collègue de travail voilée, mais 44% refuseraient.

Pour revenir à la candidate du NPA, pourquoi ne pas voir comme un signe positif le fait que cette jeune femme distingue sa foi, qui appartient à la sphère privée, et un engagement politique et citoyen auquel elle a droit comme tous les Français ?

En écrivant cela, je sais que je risque d'apparaître comme un naïf, ou pire, un « idiot utile » de je ne sais quel complot, aux yeux de ceux qui voient dans cette affaire une entorse criminelle à la sacro-sainte (sic) laïcité.

L'incrédulité de la presse étrangère (voir un récent éditorial du New York Times qualifiant l'interdiction envisagée de la burqa en France comme une « incitation à la haine ») face à la manière dont la société française aborde la question de l'Islam en France inciterait à prendre un peu de recul face à l'hystérie quotidienne du débat public. Et à prendre les bonnes nouvelles pour ce qu'elles sont.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rouges et Verts - dans Elections régionales
commenter cet article

commentaires