Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur l'agenda

logo-Ensemble-jan2014.png

Recherche

Mobilisation

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 16:23

Les médias étrangers brossent peu ou prou le même tableau : celui d'un pays paralysé par un bras de fer qui va en durcissant, avec d'un côté un président qui martèle qu'il ne cédera pas, et de l'autre un mouvement qui se radicalise.

La Une du site The Economist le 19 octobre La Une du site The Economist le 19 octobre

De nombreux médias étrangers font leur Une, mardi 19 octobre, sur la mobilisation en France contre la réforme des retraites. Tous brossent peu ou prou le même tableau : celui d'un pays paralysé par un bras de fer qui va en durcissant, avec d'un côté un président qui martèle qu'il ne cédera pas, et de l'autre une mouvement de contestation qui se radicalise. Cette situation pourrait-elle mener au chaos ? Certains médias s'en inquiètent, mais d'aucun ne s'aventure pour autant à prédire l'issue de ce conflit.

D'emblée, le titre du Times donne le ton, sur son site internet : il ne parle pas de manifestations mais de "guérilla" qui "paralyse la France". Mais en dépit de l'emploi de ce mot, il est l'un des rares journaux à entrevoir pour Sarkozy une lueur d'espoir dans le bras de fer qui s'est engagé : "Les divisions au sein des forces syndicales entre radicaux et orthodoxes donnent à Sarkozy un peu de soulagement", écrit le quotidien britannique.

Une guérilla : c'est aussi ce que retient la BBC. Si le site de la radio britannique titre simplement "Les opposants français aux retraites se préparent à un nouveau jour de grève", la vidéo qu'elle a choisie pour illustrer son état des lieux de la mobilisation montre des scènes de guérilla urbaine entre jeunes et forces de l'ordre.

"Situation explosive", titre également le Financial Times au dessus de la photo d'une voiture incendiée à Nanterre, près de Paris.

"La révolte de la France qui fait le siège de Sarkozy", titre de son côté le quotidien italien La Repubblica (gauche), seul des grands journaux italiens à évoquer en Une la grogne sociale en France. "Des millions de citoyens dans les rues contre la réforme des retraites. Des travailleurs qui risquent leur emploi mais aussi des étudiants qui craignent pour leur avenir. Les grèves dans les transports et le carburant sur le point de finir. C'est l'automne chaud du président, assiégé par ceux qui l'avaient élu et jamais aussi bas dans les sondages", résume le quotidien.

"La France bloquée, Sarkozy ne fait pas marche arrière", écrit pour sa part le grand quotidien centriste de la botte, le Corriere della Sera (centre).

The Guardian, qui propose un suivi heure par heure de la situation sur son site, brosse également un tableau alarmiste et parie même sur une intensification de la contestation : "La contestation de la réforme des retraites du président Nicolas Sarkozy est partie pour s'intensifier alors que s'y ajoutent une généralisation des perturbations dans les transports, les inquiétudes au sujet de l'approvisionnement en carburant et le blocage des lycées".

El Pais insiste lui aussi, dans un article sur son site, sur la conjonction entre les mouvements de routiers, de lycéens, les transports aériens et ferroviaires perturbés, les stations-service à sec… Le quotidien espagnol conclut son tour d'horizon en donnant la parole à un cégétiste. Ce dernier rejette la responsabilité du blocage du pays sur le gouvernement français, qui "ne se rend pas compte que derrière les manifestations, il y a un problème plus profond que les retraites".

Du côté allemand, l'inquiétude point dans l'article du Zeit publié sur le site du journal et titré "La France submergée par les manifestants". Le quotidien souligne que même si Nicolas Sarkozy reste droit dans ses bottes, il n'est pas dit que le vote au Sénat mette fin à la contestation. Et alors, écrit l'auteur de l'article, "la situation pourrait s'aggraver". Avant de conclure sur un petit rappel : les syndicats français ont déjà deux fois - en 1995 et 2006 – fait plier des gouvernements…

Une piqûre de rappel qui figure aussi dans les colonnes de The Economist, qui souligne que contrairement aux habituelles grèves françaises, un nouveau paramètre a été introduit : la pression sur l'économie du pays via le risque d'une pénurie d'essence. Or le journal britannique voit dans ce "signe inquiétant", la possibilité que les manifestations "tournent au chaos", si l'exaspération populaire "échappe à tout contrôle". Ce qui remettrait à plus tard le remaniement annoncé par Nicolas Sarkozy, de l'avis du journal.

Pour l'espagnol ABC (conservateur), qui loue le "courage" de Nicolas Sarkozy, "les graves incidents en France (...) sont plus qu'une manifestation de rue contre une mesure concrète : c'est l'avenir de l'Etat providence qui est en question parce que la crise économique a déclenché toutes les alarmes sur un système (...) maintenant incapable de répondre aux attentes qu'il a suscitées".

Pour le New York Times, ce qui se joue en ce moment en France pourrait effectivement avoir des répercussions à bien plus long terme, mais d'une autre teneur que celles que souligne ABC. Le quotidien américain en ligne, qui titre "En France, les grèves des salariés s'acheminent vers une épreuve de force", estime que même avec la perspective d'une adoption du texte au Sénat, "Sarkozy se retrouve face à la possibilité que la victoire ne lui offre pas pour autant un gain politique". Car, souligne-t-il, avec 71% de Français qui soutiennent la mobilisation, le président français prend le risque de finir son mandat noyé dans l'impopularité…

 

(Sarah Halifa-Legrand - Nouvelobs.com)

 

Source:

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/social/20101019.OBS1509/la-presse-etrangere-s-inquiete-d-un-possible-chaos-en-france.html

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Rouges et Verts - dans Luttes sociales
commenter cet article

commentaires