Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur l'agenda

logo-Ensemble-jan2014.png

Recherche

Mobilisation

22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 18:40

TCHAT Libération  Vendredi 22 octobre

Les forces de l'ordre ont été dépêchées en nombre à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne), pour en dégager l'accès, ce matin. Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT a répondu à vos questions.


 

La police devant la raffinerie de Grandpuits, le 22 octobre 2010.

La police devant la raffinerie de Grandpuits, le 22 octobre 2010. (Benoit Tessier / Reuters)

 

Danielle Madeleine. Cela veut-il dire que les raffineries vont se remettre à fonctionner normalement, ce qui voudrait dire que c'est la fin du droit de grève?
Emmanuel Lépine. En fait, le déblocage qui a été organisé ce matin par le préfet de Seine-et-Marne est un coup médiatique. Pourquoi? La majorité des stockages d'hydrocarbures en France se trouve dans les raffineries, y compris sous forme de pétrole brut, et ces raffineries sont à l'arrêt. Le déblocage de la raffinerie de Grandpuits ne peut que de retarder une échéance de pénurie, même si ce n'est pas la pénurie que recherche les grevistes. Sur le droit de grève, c'est une attaque directe puisque nous considérons à la CGT que les pratiques utilisées par le préfet sont des pratiques mafieuses.

Olivier. Quelles actions avez-vous entreprises pour obtenir en référé l'annulation des décrets de réquisition?
Etienne. Avez-vous déposé une plainte auprès du tribunal administratif concernant la réquisition de la raffinerie de Grandpuits pour entrave au droit de grève?
Une action juridique en référé a bien été engagée sur chaque réquisition. Dès lors que nos avocats se présentent au tribunal pour obtenir un jugement, la justice nous apprend que les réquisitions ont été retirées une heure avant l'audience, ce qui éteint l'action juridique. Nous sommes dans une situation où ne pouvons pas obtenir l'avis de la justice sur la légalité des réquisitions. Aujourd'hui, on est en là. A Grandpuis, aujourd'hui, à 16h30, on attend le jugement sur la dernière réquisition de ce matin. L'Etat joue au jeu du chat et la souris avec la justice, parce qu'il sait que ces réquisitions sont illégales.

Solidaridad. J'aimerais savoir ce que veut dire débloquer une raffinerie puisque les robinets sont fermés. Les CRS débloquent quoi? les camions pleins de la semaine dernière?
 Il y a des stocks d'hydrocarbures dans les raffineries, mais ceux-ci sont limités. Ce qui crée l'essentiel de la pénurie c'est l'arrêt des installations de raffinage.

Nikita. Sous quel régime sont engagés les ouvriers réquisitionnés (droit privé ou droit public)? Peuvent-ils refuser de travailler? A quelles sanctions s'exposent-ils?
Les salariés restent sous droit privé, c'est paradoxal, puisque c'est la puissance publique qui ordonne le travail, mais sous droit privé. Les sanctions annoncées, en cas de refus, sont des peines de prison immédiates.

Duralex. Y a-t-il selon vous une différence entre la grève et le blocage? le blocage est-il légal? Est-il moral?
Pete. Ne considérez-vous pas que la CGT met en danger le droit de grève en ne respectant pas les lois qui le réglementent et en appelant explicitement les salariés à commettre des délits en réunion ?
Jojo. Ne pensez-vous pas que les actions organisées en dehors du droit de grève à proprement parler (blocages, opérations escargot, voire violence dans le cas des ouvriers du Livre il y a quelques années, lors du lancement des gratuits en France) vont entraîner une remise en cause de la grève elle-même?
On ne peut pas accepter qu'il y ait un amalgame entre les violences qui sont commises actuellement sur le terrain, et l'expression pacifique du droit de grève. A la CGT, on est en train de réunir des preuves de nombreuses provocations policières: des gendarmes mobiles qui chargent des queues de manifestations, des infiltrations de policiers affublés de badges syndicaux et des drapeaux de la CGT dans les cortèges, des agressions, y compris à Lyon, de pompiers en grève agressés par des CRS, mais également de lycéens. La violence est du côté de l'Etat.
Sur la question des blocages, je ne sais pas si Gandhi, qui a organisé la résistance passive en Inde, pouvait être qualifié de violent, pourtant il bloquait bien l'économie, ce que font les grévistes aujourd'hui, en France.

Ulrich. Je souhaiterais savoir à quel âge personnellement vous allez partir à la retraite, et de façon plus générale, l'âge de départ à la retraite des ouvriers de chez Total.
Svp59. Pourriez-vous nous en dire plus sur le régime de retraites dont vous bénéficiez?

Le régime de retraite des pétroliers est identique à celui du régime général, sauf pour les salariés travaillant en équipes tournantes en trois huit continus. Ces salariés bénéficient d'une anticipation au départ, qui va de 3 à 5 ans suivant les entreprises. Ces salariés subissent une réduction de l'espérance de vie, justement de cinq ans, par rapport aux autres ouvriers qui, eux-mêmes, ont une espérance de vie de sept ans inférieure à celle des cadres.
 En repoussant l'âge de la retraite de deux ans, et surtout en remettant en cause ces accords pétrole sur la pénibilité, la réforme aurait pour effet de faire partir en retraite ces salariés après leur espérance de vie moyenne.

Fab38. Vous avez déclaré que «Nicolas Sarkozy ne respectait pas le droit de grève» suite à l'intervention de Grandpuits. Considérez-vous que vous respectez le droit au travail de millions de Français en bloquant les carburants?
Steph. Comment justifier dans un pays démocratique que quelques centaines d'individus, syndiqués et donc responsables socialement, bloquent le pays contre une loi dont l'application se fera dans deux ans après une échéance électorale majeure?
Islay. Si on vous écoute les blocages ne sont pas une violence et sont légaux?

Je pense que des millions de Français s'expriment en permanence actuellement, et je pense que c'est nettement mieux que lorsqu'ils ne s'expriment que tous les cinq ans. Quand on voit qu'un sondage de ce matin place 69% des gens en accord avec les grèves et les manifestations, on ne peut pas opposer les grévistes avec le reste de la population.
 On voit, à Grandpuits, ce matin, comme ces derniers jours, que les blocages ne sont pas le fait d'une minorité de grévistes, mais d'un renouvellement permanent de citoyens qui viennent exprimer leur solidarité sur place aux salariés en lutte. La solidarité première c'est de rejoindre dans la grèves les salariés grévistes.

Arnold. Pourriez-vous nous dire comment vous soutenir financièrement ? Pourriez-vous nous donner une adresse pour envoyer notre aide? Merci camarade, nous sommes de tout cœur avec vous.
Luc. Je n'ai pas de question à poser, mais vous avez toute ma sympathie dans ce mouvement.
Stéphanie Stern. Je suis infirmière et je lutte, moi aussi, contre la réforme des retraites. Je suis de tout coeur avec vous. Que pouvons nous faire pour vous aider ? Y a-t-il une caisse de solidarité ?
Votre pseudo. Pour commencer, sachez que je suis totalement avec vous dans ce mouvement de contestation. Comment puis-je apporter ma contribution au mouvement ? Peu d'argent, mais prêt à apporter une petite contribution pour que la lutte continue. Et me conseillez-vous de rejoindre des points de blocages?
Damien. Pour aider au blocage de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne), nous avons décidé de partir dès ce soir avec des provisions  merguez, chippo, baguette, de quoi remonter le moral des personnes présentes depuis déjà plus d'une semaine...

 L'intersyndicale a décidé de proposer deux prochaines mobilisations, le 28 octobre et le 6 novembre. On appelle les salariés à élargir le mouvement de grèves en France, contre la réforme des retraites. S'agissant de la solidarité financière, les salariés peuvent adresser leurs dons à la CGT en mentionnant «lutte sur les retraites», ou se rendre sur place s'ils habitent près des lieux de raffinage pour remettre en main propre.

Albert. Ne craignez-vous pas de faire perdre le seul acquis du mouvement (non négligeable), le support de l'opinion publique?
Busta Robert. Ne craignez-vous pas un retournement de l'opinion publique, jusqu'à maintenant très favorable aux mouvements en cours, et de faire le jeu du libéralisme de Sarkozy, en asséchant les pompes à essence ?

 On ne peut pas porter la responsabilité de la situation actuelle. Par le passé, lors de grèves dans le raffinage, les pouvoirs publics organisaient la distribution de carburant et combustible de manière à ne pas pertuber l'économie ni le fonctionnement des services publiques, hopitaux, pompiers...
 Aujourd'hui, c'est le gouvernement qui porte la responsabilité de la pénurie, en restant sourd aux demandes du peuple. Toute perturbation économique actuelle tient son origine de l'intransigeance du gouvernement dans son refus de discuter.

MaPe. La CGT était-elle préparée à ces réquisitions et ce scénario avait-il été envisagé dans vos préparations du conflit ?
Non, étant donné le caractère illégal et antidémocratique des réquisitions, on ne pouvait pas imaginer de prévoir ce genre de situation. Ceci étant, on a le soutien des citoyens pour éviter tout débordement dictatorial face à une mobilisation qui s'amplifie.

Mat63. Comment envisagez-vous la suite du mouvement si la réforme est adoptée par le Sénat ?
Titou. Après l'intervention des CRS, ce matin, pour dégager l'entrée de la raffinerie et réquisitionner des grèvistes, pensez-vous continuer votre combat pour que le gouvernement accepte de revoir sa réforme sur les retraites?
Crevette. Le gouvernement ne lâche rien, comment maintenir la pression sur le long terme sans perdre le soutien de l'ensemble de la population?

 A l'heure où l'on parle, l'ensemble des 12 raffineries françaises ne produisent pas. La suite du mouvement est décidé par les gens qui travaillent dans les raffineries. Il y a donc bien une démocratie qui s'exprime, par le fait que chacun se détermine individuellement sur son droit de gréve.
 Sur la suite du mouvement, le mouvement est lancé, il s'amplifie en France, et l'on souhaite qu'il s'amplifie de façon rapide et profond. J'entendais ce matin Raffarin dire que le gouvernement ne comptait pas reculer et qu'il était déterminé. Les salariés du raffinage sont dans le même état d'esprit.
 Pendant ce conflit, à la date d'hier, a été annoncé la fermeture de la raffinerie de Reichstett, en pleine table ronde sur le raffinage, nous considérons que c'est une provocation. On est en train, d'un côté de dire que la pénurie provient de l'arrêt des raffinerie, et on annonce hier la fermeture prochaine de Reichstett, et le tribunal vient d'autoriser Total à fermer sa raffinerie des Flandres. Tout ceci dans un contexte de profits énormes des pétroliers. La lutte n'est pas terminée, nous sommes convaincus qu'on va gagner.

Merci à toutes et à tous.

 

Source: http://www.liberation.fr/politiques/1201359-raffinerie-en-greve-posez-vos-questions-a-charles-foulard

Partager cet article

Repost 0
Published by Rouges et Verts - dans Luttes sociales
commenter cet article

commentaires