Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur l'agenda

logo-Ensemble-jan2014.png

Recherche

Mobilisation

3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 21:49
Manifestation anti-Hamas à Gaza
Fares Chahine

 1er septembre 2007
 


Dans la bande de Gaza, de semaine en semaine, la prière du vendredi se transforme en une autre scène où s’opposent le mouvement nationaliste Fatah, qui a perdu les rênes dans cette partie des territoires, au mouvement islamiste Hamas

qui a réussi par un coup de force au mois de juin 2007 à dominer totalement les infrastructures civiles et militaires relevant de l’autorité palestinienne.

Les partisans du Fatah, pour le deuxième vendredi consécutif, fuient les mosquées pour organiser des prières en plein air, malgré la chaleur torride.

« Les mosquées deviennent un lieu de propagande à la faveur du mouvement Hamas et de ses dirigeants. Les prêches du vendredi sont désormais des discours pleins de haine et d’incitations au meurtre contre les fils du Fatah. Au lieu d’écouter des paroles unifiantes dans ces endroits saints, on n’écoute que des discours appelant à la division au point qu’on ne peut plus supporter. La solution est de se rassembler dans les grandes places en plein air, comme ça le Hamas se rendra compte que le Fatah est loin d’être mort et enterré », nous a déclaré Abou Ali, la quarantaine, un parmi des dizaines de milliers de partisans du Fatah ayant répondu à l’appel hier au lieudit place d’El Azhar, situe près de l’université portant le même nom, à l’ouest de la ville de Ghaza.

La redoutable force exécutive avait renforcé sa présence dans les rues de Ghaza en prévision de ce grand rassemblement. La semaine dernière, après un rassemblement similaire à celui d’hier, une manifestation a dégénéré en jet de pierres de la part de jeunes sympathisants du Fatah et des coups de feu et des agressions musclées contre les journalistes qui couvraient l’événement ont été enregistrés.

Le rassemblement d’hier qui était beaucoup plus grand en nombre de participants s’est terminé de la même manière. Des agressions brutales de la part des hommes du Hamas contre les jeunes manifestants en utilisant des armes à feu, des grenades et des matraques. Un journaliste français de la 5e chaîne a été atteint à la jambe par des éclats de grenades alors qu’un autre journaliste de l’agence palestinienne Wafa a été passé à tabac.

Des villes comme Rafah et Khan Younès au sud ont vécu de semblables événements avec leur lot de blessés et de personnes arrêtées par les hommes du Hamas. Un bilan provisoire fait état de plus de 20 blessés et de dizaines d’arrestations. A vrai dire, les graves incidents d’hier sont une sonnette d’alarme, car il est impossible au peuple palestinien d’accepter un tel diktat sans réagir. Si cela se produit, le sang palestinien coulera à flot pour longtemps.  [1]


voir aussi l’Orient le Jour :

Des milliers de partisans du Fateh défient le Hamas à Gaza

Plus de 10 000 partisans du Fateh et d’autres mouvements palestiniens ont défié hier le Hamas à Gaza en priant et manifestant dans les rues, lors des plus importantes protestations depuis la prise de contrôle de Gaza par le mouvement islamiste. Ces protestations ont été réprimées par les membres de la Force exécutive, la police du Hamas. Des milliers d’habitants de la bande de Gaza ont répondu hier à l’appel du Fateh et de plusieurs partis palestiniens, qui avaient demandé de prier dans la rue pour protester contre la mainmise du Hamas sur les lieux de prière. Ces mouvements accusent le mouvement islamiste de se livrer à des « provocations » et « d’exploiter les mosquées pour enflammer les tensions entre factions ».

À Gaza, à même le sol, sur des tapis ou des bouts de carton, des milliers de personnes ont participé à la traditionnelle prière du vendredi sur une grande place, encerclés par des centaines d’hommes de la police du Hamas. Malgré les appels à « l’unité nationale » lancés par l’imam, une partie de la foule a ensuite défilé dans les rues de la ville pour vilipender le Hamas et le Premier ministre limogé, Ismaïl Haniyeh. « Haniyeh, misérable ! Va-t-en ! Bienvenue (Mohammad) Dahlane », du nom d’un député du Fateh et bête noire du Hamas, ont lancé les manifestants. « Chiites meurtriers ! » ont-ils encore crié pour dénoncer les liens entre le Hamas et la République islamique d’Iran. Il s’agissait là du plus important mouvement de contestation dans la bande de Gaza depuis le coup de force armé des islamistes, le 15 juin, qui leur a donné le pouvoir dans ce territoire alors que la Cisjordanie est restée sous le contrôle du chef du Fateh, le président Mahmoud Abbas.

Deux journalistes d’Arte blessés

Le Hamas a rapidement réprimé ces manifestations. Selon des témoins, la police du Hamas a battu des manifestants avec des crosses de fusil ou à coups de bâton et procédé à des arrestations. Lors de la manifestation, une grenade assourdissante a été lancée dans la foule, blessant légèrement deux journalistes français de la chaîne de télévision franco-allemande Arte, Barbara Lohr et Frédéric Bak, selon une source médicale et la rédaction de la chaîne basée à Strasbourg (France).

À Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, près de 5 000 personnes se sont également rassemblées pour la prière. Dix personnes ont été légèrement blessées par des grenades assourdissantes, lancées par la Force exécutive qui ripostait à des jets de pierres, selon une source médicale et des témoins.

« Il n’y a pas eu d’arrestation en raison du déroulement de la prière dans la rue, mais à cause des émeutes et des infractions à la loi », a affirmé Ihab al-Ghassine, un porte-parole de la Force exécutive, lors d’une conférence de presse. Un responsable religieux du gouvernement limogé de Ismaïl Haniyeh, Salah al-Riqib, a toutefois affirmé que la prière dans la rue était « interdite par le religion et hérétique ». « Le gouvernement doit interdire ce genre de prières », a-t-il ajouté. « Ceux qui y ont participé sont des apostats et des athées », a renchéri Yahia Moussa, un député du Hamas. Dans la matinée, des habitants de Gaza avaient en outre reçu des avertissements sur leur téléphone portable. « Ta présence à la prière avec le Fateh te causera beaucoup de problèmes et nous te conseillons de prier ailleurs. Tu ne mérites pas d’être frappé, arrêté ou tué en raison d’une bande de corrompus que tu connais bien », indiquait le SMS, reçu par des dizaines de personnes. « Ce qui s’est passé à Gaza (vendredi) prouve une fois de plus que le Hamas applique son projet putschiste, dont le but est d’imposer une dictature aveugle et une idéologie extrémiste », a, pour sa part, affirmé dans un communiqué le bureau du président Abbas à Ramallah, en Cisjordanie. Le roi Abdallah II a, pour sa part, exhorté ses « frères palestiniens » à l’unité, qualifiant la séparation de Gaza d’avec la Cisjordanie d’« inacceptable » tant pour les Palestiniens que pour les Arabes. Il a également déclaré que la réunion internationale pour le Proche-Orient, voulue par le président américain George W. Bush et prévue à l’automne, était « un pas positif dans l’optique de réaliser la paix dans la région ».  [2]

 


[1] el Watan http://www.elwatan.com/spip.php ?page=article&id_article=75375

[2] http://www.lorientlejour.com/page.aspx ?page=article&id=351165

Partager cet article

Repost 0
Published by Rouges et Verts - dans Solidarité Palestine
commenter cet article

commentaires